Do you want to view the website in English? X

Clapotis urbain

A Venise, il n’y a pas d’abribus mais seulement des abris de “vaporetti”, ces bateaux qui assurent le transport urbain. Ce sont des constructions flottantes, moitié vitrées moitié métalliques, peintes en noir et gris avec bande orange.

Regarder l’eau entre ce “ponton” et la rive a quelque chose d’hypnotisant. L’image de l’abri est fragmentée en une multitudes de facettes qui suivent le relief de la surface, agitée de minuscules vaguelettes qui s’entrecroisent en tous sens. C’est la pulsation de la ville, créée par les nombreux bateaux qui sillonnent le grand canal durant la matinée.

Ce tableau devait exprimer l’aspect liquide et brillant de l’eau, et aussi le mouvement.

Je l’ai abordé avec une spontanéité absolue, comme l’aurait fait un enfant, je pense. Cherchant seulement à mettre des touches bien liquides de teintes là ou elles étaient nécessaires. Des couleurs bien tranchées, traitées une par une sur le sec. En cherchant, au fur et à mesure des passages successifs, une touche qui corresponde le plus directement possible au motif : Une écriture qui décrive cette eau agitée d’un matin vénitien ensoleillé.

Un clapotis urbain ; une chose relativement exceptionnelle, si on y pense…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

“Clapotis Urbain” – Huile sur toile – 100 x 150 cm (1980€)

Autres articles dans: Art de Hugo H.